Comprendre et évaluer les comportements de protection mis en place par les habitants de zones à risques littorales.

Par Colin Lemée

Posséder une résidence principale ou secondaire sur le littoral est souvent vécu comme une chance. Pourtant, des pressions (économiques, démographiques, etc.) et des risques naturels toujours plus importants menacent ces territoires.

En quelques mots, ma dernière étude cherchait à mieux comprendre et anticiper les comportements de protection mis en place par les habitants eux-mêmes. Comment ? Des modèles prédictifs des comportements permettent aujourd’hui d’évaluer la propension des individus à s’engager dans un comportement ou un autre (adapter son mode de vie, son logement, etc.), en fonction de leur difficulté. Les résultats montrent aussi que la volonté de se protéger n’est pas liée aux caractéristiques de l’habitation (généralement perçue comme rassurante et sûre 🏡) mais plutôt aux caractéristiques de l’environnement et à la visibilité des infrastructures de gestion des risques (lieux refuges, digues…). 👁️️

Encore une fois, l’inadéquation entre risques réels, risques perçus et comportements montrent que l’éducation aux risques et la communication 💬 sont plus que jamais nécessaires si l’on souhaite accroître la résilience des populations face aux risques naturels.

Pour lire l’article dans son intégralité, en open access, c’est par ici. 🌊